Menu
Retour à la liste
17/03/2016

Climat parfait dans les dépôts francs sous douane

Climat parfait dans les dépôts francs sous douane
Afin de maintenir un haut niveau de qualité et de sécurité, les Ports Francs et Entrepôts de Genève SA ont inauguré en 2014 leur nouveau bâtiment de dépôts, spécialement conçu pour y entreposer des objets de valeurs, conformément aux exigences des assureurs. Pour que les conditions climatiques adéquates soient assurées, des transmetteurs de mesure de température et d’humidité de l’entreprise zurichoise Rotronic ont été installés, permettant le contrôle du climat idéal à l’entreposage. Mais tout d’abord, un peu d’histoire. Un port franc est, à l’origine, une zone portuaire de transit dans laquelle il est possible de décharger, entreposer, manutentionner, réexpédier ou conserver en attente d’importation des marchandises. Le paiement de droits de douane et de taxes est différé et s’exerce dans le pays de mise à la consommation de la marchandise. Une livraison en régime Port Franc est assimilée à une exportation du pays d’origine et la récupération de la TVA de ce pays peut se faire tout de suite. Il existe des ports francs sur tous les continents et ceux-ci facilitent le mouvement des marchandises, donc le commerce et finalement l’économie. La plupart des pays européens disposent d’un ou de plusieurs ports francs avec des durées d’entreposage limitées dans le temps.

1’000 locaux à La Praille

Dix dépôts francs sous douane existent en Suisse actuellement et celui de Genève est le plus important. Ils sont généralement situés à proximité des frontières et des deux principaux aéroports du pays. Contrairement à la plupart des pays étrangers, les dépôts francs sous douane de Suisse n’imposent pas de limitation de durée pour l’entreposage de marchandises ne provenant pas de Suisse. En 1888, le Grand Conseil a autorisé la création de la Société d’exploitation des Ports Francs de Genève SA, devenue par la suite Ports Francs et Entrepôts de Genève SA (PFEG). La Praille offre près de 1’000 locaux de toutes dimensions. Au fil des ans, le genre de marchandise déposée dans les dépôts francs sous douane suisses a considérablement évolué. Vu l’énorme développement du marché de l’art ou du vin, des besoins spécifiques de sécurité et de qualité sont apparus, notamment en ce qui concerne la qualité du stockage (température, hygrométrie, absence de vibrations). Conçu en collaboration avec des mandataires spécialisés, un nouveau bâtiment de dépôts a été inauguré en 2014. Destiné en priorité à l’entreposage de marchandises de valeur, comme des antiquités, des oeuvres d’art ou du vin, il est le fruit de la collaboration étroite entre différents spécialistes de la sécurité, de l’assurance, de l’énergie et de l’architecture, ainsi que des utilisateurs. Parmi les nombreux points décrits dans le cahier des charges général figurait un point essentiel concernant les conditions climatiques (température et hygrométrie) exigées dans les locaux d’entreposage du bâtiment.

Comme dans nos caves

Afin de garantir ce haut niveau de qualité et de sécurité, les Ports Francs et Entrepôts de Genève SA ont fait, via leurs mandataires, appel à l’entreprise zurichoise Rotronic AG de Bassersdorf. « Nous souhaitions disposer d’instruments de mesure précis et stables », relève Marc Golay, directeur technique. Le bâtiment en question est pourvu non seuleme F nt de tout un système de ventilation et de climatisation (hygrométrie et température), mais aussi d’une gestion centralisée de type MCR (Mesure, Contrôle, Réglages). L’édifice comprend deux grands secteurs: l’un pour l’entreposage du vin selon les consignes en vigueur (70 % d’humidité, 13 degrés C.), comme dans les caves de nos ancêtres, l’autre, pour les marchandises délicates et de valeur, tableaux essentiellement (55 % d’humidité et 21 degrés C.) : « Comme ceci faisait partie des éléments clefs du concept du bâtiment, nous avons aussi voulu obtenir une traçabilité sur les conditions climatiques pendant la durée d’entreposage des marchandises. Très fonctionnel, l’endroit permet un arrivage de la marchandise par la route, sur un quai de chargement qui donne directement accès aux locaux. Des locaux techniques, voies de fuite, monte-charges, ascenseurs et sanitaires, complètent les lieux. « Nous voulions un système qui puisse assurer un taux constant d’humidité et de température, et ce, partout, quelle que soit la saison. Pour assurer le suivi et le relevé de cette température, nous avons ainsi opté pour les sondes de contrôle de la maison Rotronic », argumente encore Marc Golay.

227 transmetteurs de mesure Rotronic

Selon l’emplacement de la marchandise, il est toujours délicat de vérifier que la ventilation et le renouvellement d’air soient effectifs partout. D’où l’idée d’installer 227 transmetteurs de mesure Rotronic de type HF135-AB1X répartis dans l’ensemble des locaux (lire ci-contre). Les instruments sont reliés via un système de gestion de type MCR avec une surveillance à distance, confiée à la société genevoise EnerBat spécialiste du suivi technique et énergétique des bâtiments et installations, laquelle contrôle quotidienne- ment le respect des consignes de température et d’humidité. Comme l’édifice a été conçu pour offrir les meilleures conditions d’entreposage, il ne dispose d’aucune fenêtre, ceci afin de conserver des conditions climatiques les plus stables possible. De plus, afin d’élever la sécurité en matière de protection et la lutte contre l’incendie, tous les dépôts sont munis d’un système commun d’extinction au gaz (cocktail à base d’azote) propre au bâtiment. Ce procédé d’étouffement du feu permet de réduire le niveau d’oxygène sans que cela ne mette en danger une personne qui serait éventuellement restée sur place. Cela correspond à un niveau d’oxygène que l’on trouve en haute montagne (env. 6’000 m d’altitude !).

L’importance de la mesure

Pourquoi avoir choisi Rotronic plutôt qu’une autre entreprise ? « Il s’agit d’une société sérieuse qui intervient de suite si nécessaire. Les sondes doivent absolument être fiables et précises, car ce sont elles qui fournissent toutes les infos sur les conditions climatiques du bâtiment », souligne le directeur technique. D’où toute l’importance de la mesure